L’ÉVEIL PAR LE CORPS

Modèle esthétique des courses sur sentier

Voici le premier texte d’une série intitulée « les pieds sur terre ». Les activités de courses sur sentier sont présentées comme objet de pensée. Matière à réflexion pour des lectures géographique et philosophique qui nourrissent une réflexion sur les modes de relations que permet, que procure et qu’implique la pratique de la course sur sentier ; et autant de pistes de lectures et d’interprétations pour saisir l’engouement actuel pour les évènements de courses à pied. En quoi la course permet-elle de comprendre le monde et les places des individus dans des systèmes complexes ?

S’élancer, se tenir en forme, se préoccuper de sa santé, se transformer, se construire. Débuter au bout de la rue, traverser le quartier, se dépasser et explorer de nouvelles limites — établir de nouvelles relations à son corps, au quotidien, aux autres, à la nature, au monde. Explorer des horizons inconnus, repousser ses limites, devenir le chemin.

À quel moment du parcours — de vie — s’engage-t-on sur une course de longue distance sur sentier ? Peut-on observer des relations spécifiques entre trajectoires biographiques individuelles et participations à une épreuve ultra ? Il s’agit ici d’explorer les pistes qu’ouvrent les différentes pratiques de courses à pied. Des questionnements émergent précisément sur l’activité immersive de pleine nature ; le dépassement de soi ; les rapports au temps et à la vitesse comme possible remède paradoxal à l’accélération ; la présence au monde et les relations d’être-au-monde ; le sentiment d’efficacité personnelle et la puissance d’être spinoziste ; les formes de récit de soi ; etc.

Ces textes s’inscrivent en continuité d’une « exploration du corps en géographe afin de saisir le territoire premier en s’intéressant aux interactions entre pratiques de soi, de son corps-propre et processus de construction identitaire. L’objectif est de comprendre comment l’introduction de nouvelles modalités d’être et d’expériences de soi impacte les rapports du sujet au réel, à lui-même (i), aux autres (ii) et au monde (iii) ». Ces textes contribuent par ailleurs à « saisir ici le corps à la fois comme support de sens (véhicule kinesthésique) et comme vecteur de sens dans l’existence de l’homme moderne » (Plard 2016, 114). Ce #1 intitulé « l’éveil par le corps, modèle esthétique des courses sur sentier » a pour objet la perception et les sens qui se rapportent à la pratique de la course sur sentier dite ultra, de très grandes distance — les ultra trails. Comment la pratique du trail permet d’éclairer la question classique de “ce que peut le corps“.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.